Sainte-Marie-in-Cosmedin

Santa Maria in Cosmedin
Évaluation
27 votes
La basilique de Sainte-Marie-in-Cosmedin est l'un des meilleurs exemples de l'architecture ecclésiastique médiévale à Rome. L'église est particulièrement réputée pour sa belle décoration cosmatesque.
Basilique de Sainte-Marie-in-Cosmedin, Rome
Sainte-Marie-
in-Cosmedin
La basilique se trouve au Forum Boarium, l’ancien marché aux bestiaux. Beaucoup de visiteurs viennent ici pour voir la célèbre Bouche de la Vérité, un grand disque de marbre qui était utilisé au Moyen Âge comme détecteur de mensonges.

Histoire

L'histoire de l'église de Sainte-Marie-in-Cosmedin remonte au sixième siècle, quand une petite église fut construite sur le site du Statio Annonae, le bureau administratif du marché du grain. Il y avait plusieurs temples dans cette région, dont l'ancien temple de Cérès et de Proserpine. Un autel antique dédié à Hercule, l’Ara Maxima Herculis, était situé juste derrière le temple.

L'intérieur du Sainte-Marie-in-Cosmedin à Rome
L'intérieur

Colonne antique dan l'église Sainte-Marie-in-Cosmedin, Rome
Colonne antique


Abside latérale de Sainte-Marie-in-Cosmedin, Rome
Abside latérale
La petite église était à l'origine connue sous le nom d’aecclesia graecorum (église grecque), une référence aux moines grecs et byzantins qui y servaient.

Au VIIIe siècle, l'église fut agrandie par le pape Adrien Ier. Tant le temple de Cérès que l'Autel d'Hercule durent disparaître pour faire de la place pour l'expansion. Des vestiges du temple en ruine furent intégrés dans la nouvelle abside. La basilique avait maintenant trois nefs au lieu d'une seule.
L'intérieur était si magnifique que l'église reçut le nom de Cosmedin, un mot dérivé du mot grec pour bijou.

Le portique que l’on voit aujourd'hui a été construit au XIIe siècle. Le haut clocher date de la même période. Au début du XVIIIe siècle, de nombreux éléments baroques furent ajoutés à Sainte-Marie-in-Cosmedin, y compris une nouvelle façade, conçue par Giuseppe Sardi et ajoutée en 1781. Cependant, les ajouts baroques furent enlevés au début du XXe siècle et l’apparence originale de l'église a été restaurée.

Intérieur

Deux rangées de neuf piliers anciens séparent la nef centrale des allées. Les piliers ont été récupérés de la Statio Annonae. La grande nef et les petites allées finissent tous en absides semi-circulaires.

Le travail accompli à l'intérieur par les Cosmati - une famille romaine d’habiles architectes, sculpteurs et carreleurs - est incroyable. Le sol, l’enceinte du chœur, la chaire, le chandelier pascal torsadé, et l'écran de l'autel ont tous été faits par la famille au cours des XIIe et XIIIe siècles. Le baldaquin, fait dans le style gothique avec une décoration cosmatesque mérite une mention spéciale. Il est daté de 1294 et signé par Deodato di Cosma.

Une rare huitième mosaïque se trouve en face de l'autel. Une autre mosaïque, de l'Adoration des Mages, est exposée dans la sacristie. Cette mosaïque a été créée en 706 pour la chapelle de Jean VII dans la première basilique Saint-Pierre.

Bouche de la Vérité

Bouche de la Vérité à l'église de Sainte-Marie-in-Cosmedin, Rome
Bouche de la Vérité
Bien que l'église offre beaucoup de raisons de la visiter - principalement pour voir le travail des Cosmati - beaucoup de gens viennent pour voir la célèbre Bocca della Verità, ou « Bouche de la Vérité ». Située dans le portique de l'église, cette sorte de bouche d’égout est supposée être une partie d'un ancien temple romain et le visage est considéré être celui du dieu Océanus.

Au fil des ans, la Bouche de la Vérité a assumé le rôle de détecteur de mensonge. Dès le Moyen Age, on croyait que si l'on disait un mensonge avec la main dans la bouche de la sculpture, elle serait mordue.
830
rome
fr
x
Appuyez sur <ESC> pour fermer
© 2017 www.aviewoncities.com