Île Tibérine

Isola Tiberina
Évaluation
35 votes
Située dans la boucle sud du Tibre tandis que la rivière fait son chemin à travers la ville de Rome, l'île Tibérine est une petite île en forme de bateau qui est associée à la guérison depuis l'époque de la République romaine.

L’île

L'île Tibérine, Rome
L'île Tibérine à Rome
L'Île Tibérine aujourd'hui
L'île, qui mesure environ 270 mètres de long et 67 mètres de large à son point le plus large, était importante au début de l'époque romaine, car elle facilitait le passage de la rivière.

Elle est relié à la terre ferme par deux ponts qui existent depuis l'antiquité: le Ponte Fabricio, qui va de la partie nord-est de l'île vers le Théâtre de Marcellus sur la rive gauche, et le Ponte Cestio, qui relie l'île au Trastevere, un quartier de la rive droite.

L'île dans l'Antiquité

Création de l'île

La légende veut que l'île Tibérine ait été formée lorsque les citoyens romains chassèrent la dernier des rois Tarquins (Tarquinius Superbus ou Tarquin le Fier). En colère les insurgés lancèrent des gerbes de blé qu'ils avaient volés du roi dans la rivière. La terre et le limon s’accumulèrent autour du blé et formèrent bientôt une île.

En réalité l‘île a été formée bien avant le règne des Étrusques sur Rome, probablement par des moyens naturels quand la rivière s’est élargie et que le courant est devenu moins fort.

L’île de la guérison

Statue de'Esculape, Palais Altemps, Rome
Esculape (Notez le
bâton avec le serpent)
L'histoire de l'île est étroitement associée à Esculape, la version romaine du dieu grec de la médecine et de la guérison Asclépios.

En 293 avant JC Rome fut frappée par la peste et les Romains décidèrent d'envoyer une délégation à la ville grecque d'Epidaure pour en ramener un serpent sacré, l'attribut symbolique d'Asclépios. Lorsque la délégation revint, leur bateau s'échoua près de l'île Tibérine, mais le serpent réussit à s'échapper du navire en perdition et à s'enrouler autour d'une branche d'arbre, atteignant l’île en sécurité. Aujourd'hui l'image d'un serpent enlacé autour d'un bâton est encore largement utilisée comme symbole de la médecine.

Les Romains décidèrent que le serpent avait choisi l'île comme emplacement pour un temple dédié à Esculape. Après l'achèvement du temple en 291 avant JC, d'autres sanctuaires furent construits sur l'île Tibérine, dont l’un au dieu de la rivière Tiberinus et un autre à Bellona, une déesse de la guerre.

Depuis la construction du Temple d'Esculape l'île a été associée à la guérison. Malgré la légende racontant le contraire, l’île a probablement été choisie comme lieu de guérison car elle était isolée de la terre ferme et donc un lieu idéal pour traiter les personnes atteintes de maladies contagieuses. Dans l'antiquité, les gens qui n’avaient aucun espoir de guérison étaient placées dans le temple d'Esculape et au Moyen Age, les gens qui attrapaient la peste étaient exilées et enterrées ici. L'hôpital de la Fatebenefratelli (les-frères- qui-font-le-bien) qui a été construit sur ​​l'île en 1584 pour traiter les patients atteints de la peste existe encore à ce jour.

Un bateau sur le Tibre

Maquette de l'île Tibérine du 4ème siècle
la 'proue' de l'île et le
Temple d'Esculape
La forme de bateau de l'île associée à la légende du serpent a donné aux Romains l'idée de donner à l'île l'apparence d'un bateau en l’entourant d’un mur de remblai en travertin.

La pointe ouest ressemblait à la poupe d'un navire et la pointe est de l'île était construite comme la proue d’une trirème. L'image d'un bateau a été renforcée quand un obélisque égyptien a été placé devant le temple d'Esculape. L'obélisque donnait l’impression d’être le mât du navire et le temple ressemblait à une cabine de pilotage.

L'île aujourd'hui

Aujourd'hui il reste peu de bâtiments romains antiques, bien que quelques vestiges de la construction du bateau en travertin aient survécu, y compris un bas-relief du serpent d'Esculape. Les bâtiments les plus importants sur l'île datent de l'époque médiévale, y compris l'hôpital susmentionné, une église dédiée à saint Barthélemy et une tour fortifiée.

Saint-Barthélemy-en-l'Île

Saint-Barthélemy-en-l'Île, Île Tibérine, Rome
San Bartolomeo all'Isola
(Saint-Barthélemy-en-l'Île)
En 998 AD empereur Otton III ordonna la construction d'une église sur les fondations du temple d'Esculape. L'église, qui a été construite avec des matériaux provenant de structures anciennes, était consacrée à saint Adalbert, l'ancien évêque de Prague et un ami de l'empereur. La dépouille d'Adalbert, qui mourut en 997, fut transférée dans cette église pour être vénérée comme relique. L'empereur fit également apporter les restes de l'apôtre Barthélemy dans cette église. Adalbert était considéré par les Romains comme un saint étranger si fait qu’au XIIe siècle, l'église fut reconsacrée à Saint-Barthélemy.

L'église fut reconstruite au début du XIIe siècle, mais son apparence actuelle date d’environ 1624 quand elle fut reconstruite par Martino Longhi le Jeune après que l'église ait subi des dommages importants lors de l'inondation de 1557. Seul le campanile du XIIe siècle, de style roman, resta intact. La façade est de style baroque. A l'intérieur il a y une petite fontaine de l'époque ottonienne qui a probablement été placée au dessus de l'ancienne fontaine du temple d'Esculape. Les statues autour de la fontaine représentent Jésus, Barthélemy, Adalbert et Otton III.

Devant l'église se trouve une petite place avec au milieu la Colonna Infame (Colonne de la honte). Jusqu'au milieu du XIXe siècle, on humiliait les personnes qui ne s'étaient pas acquittés de leurs tâches de Pâques en affichant leur nom sur cette colonne. En face de l'église il y a l'hôpital de la Fatebenefratelli.

Les ponts

Pont Fabricio et la Tour Caeatani, Île Tibérine, Rome
Le pont Fabricio et
la tour Caetani
Les deux ponts qui relient l'île avec le reste de Rome depuis l'antiquité sont toujours plus ou moins intacts deux mille ans après leur construction.

Le plus vieux pont qui ait survécu est le Ponte Fabricio, construit en 62 avant J.-C. comme Pons Fabricius pour remplacer un pont en bois. Sur les parapets du pont il y a deux colonnes avec des hermès quadrifrons en marbre qui montrent un Janus à quatre faces, le dieu du début et de fin. Cela explique pourquoi le pont est généralement connu par les locaux sous le nom de Pont dei Quattro Capi (pont de quatre têtes). Le pont est gardé par la Torre dei Caetani, une tour médiévale fortifiée qui a été construite au Xe siècle et qui a été incorporée plus tard dans le complexe de l'église de Saint-Barthélemy.

De l'autre côté le Ponte Cestio relie l'île Tibérine avec le quartier du Trastevere. Ce pont a été construit en 42 avant J.-C. comme Pons Cestius. Seule l'arche centrale est encore d'origine.

Ponte Rotto, Rome
Ponte Rotto
A partir des deux ponts on peut voir les restes d'un pont encore plus ancien, le Pons Aemilius, qui a été construit en 179 av. En 142 avant JC, il a été reconstruit comme le premier pont de pierre à Rome. Le pont fut détruit lors de l'inondation de 1598, lorsque l'eau monta à près de vingt mètres au dessus du niveau de la mer. Il n'a jamais été réparé et l’unique voûte survivante est maintenant connue comme Ponte Rotto (pont cassé). On peut toujours y admirer le bas-relief magnifiquement sculpté d'un dragon, symbole héraldique du pape Grégoire XIII qui fut ajouté au XVIe siècle.
829
rome
fr
x
Appuyez sur <ESC> pour fermer
© 2018 www.aviewoncities.com