Évaluation
24 votes
Hyde Park Corner, un grand rond-point situé à l'un des croisement les plus fréquentés de la ville au sud-est de Hyde Park, a une grande concentration de monuments et mémoriaux.
Arc de Wellington, Hyde Park Corner, Londres
Hyde Park Corner
Les rues qui convergent ici comprennent Park Lane, Grosvenor Place, Piccadilly, Knightsbridge et Constitution Hill. Heureusement, Hyde Park Corner est facilement accessible grâce à un certain nombre de tunnels piétonniers qui permettent aux visiteurs de traverser en toute sécurité les rues à forte circulation qui entourent le rond-point.

Mémoriaux de Wellington

Il y a beaucoup de monuments sur Hyde Park Corner. Deux d'entre eux ont été construits en l'honneur d'Arthur Wellesley, premier duc de Wellington, qui a vécu ici, dans Apsley House.

Arc de Wellington

Arc de Wellington, Hyde Park Corner
Arc de Wellington
La pièce principale de Hyde Park Corner est le Wellington Arch, également connu sous le nom de Constitution Arch. L'arc de triomphe a été commandée dans les années 1820 pour célébrer la victoire du duc de Wellington sur Napoléon à Waterloo.

Ce grand monument a été conçu par Decimus Burton et devait servir de porte triomphale à Londres et de porte nord à l’enceinte du palais de Buckingham. Au sommet de la voûte se trouve un groupe de sculptures monumentales par Adrian Jones, qui a été installé en 1912 et est connu comme « L'Ange de la Paix déscendant sur le Quadrige de la Victoire ».

Statue de Wellington

A l'origine une statue équestre géante du duc de Wellington se trouvait au sommet de l'arc de triomphe. L'énorme statue de quarante tonnes, a été placée ici en 1846, mais elle a rapidement été considéré comme trop grande et hors de proportion avec l'arc de sorte qu'elle a été retiré en 1883, peu après la mort du duc.

Statue de Wellington, Hyde Park Corner
Statue de Wellington
A sa place, une nouvelle statue du duc a été commandée en 1884 qui a été coulé à partir de canons qui avaient été capturés aux Français. Quand elle a été achevée en 1888, la statue n'a pas été placée en haut de l'arc, mais sur un piédestal. La statue équestre montre le duc face à son ancienne maison, Apsley House. Il est sur son cheval de bataille favori, Copenhague, qu'il a monté pendant plus de seize heures au cours de la bataille de Waterloo. Lorsque le cheval est mort en 1836, il a été enterré avec les honneurs militaires.

La statue, créée par Joseph Boehm, est posée sur un socle de granit. Aux angles, il y a quatre statues de soldats qui représentent les régiments qui ont été menés à la bataille par Wellington.

D’autres monuments commémoratifs

Il y a aussi plusieurs monuments des deux Guerres mondiales sur Hyde Park Corner, tous d'un design très différent.

Machine Gun Corps Memorial

Machine Gun Corps Memorial, Hyde Park Corner, Londres
Machine Gun Corps
Memorial

Royal Artillery Memorial, Londres
Royal Artillery Memorial
L’un d’entre eux est le Machine Gun Corps Memorial, conçu par Francis Derwent Wood et érigé en 1925 pour rendre hommage aux membres du régiment qui sont morts pendant la Première Guerre mondiale. Il est parfois appelé le monument « Boy David », car il y a au sommet une statue du jeune David appuyé sur l'épée de Goliath. Quatre couronnes enroulées autour de mitrailleuses et de casques reposent sur le socle.

Royal Artillery Memorial

En contraste complet avec l'allégorique Machine Gun Corps Memorial, on trouve le massif Royal Artillery Memorial, dédié aux membres de la Royal Artillery qui sont morts pendant la Grande Guerre. Il a été dévoilé la même année, en 1925, sur le côté ouest de Hyde Park Corner. Le monument a été conçu par le sculpteur Charles Sergeant Jagger, qui avait lui-même combattu pendant la guerre.

Le monument est défini par la reproduction en pierre d'un obusier que Jagger a intégré dans le design, et qui à l'époque fut la cause de beaucoup de controverses. Autour de l'obusier il y a de grandes figures de bronze d'artilleurs. Remarquablement, l'un d'eux est mort, son corps recouvert d'un manteau et un casque. En 1949, le monument a également été consacré aux artilleurs qui sont tombés pendant la Seconde Guerre mondiale.

Australian War Memorial et New Zealand War Memorial

Il y a deux monuments plus récents sur Hyde Park Corner qui commémorent les liens entre la Grande-Bretagne et deux de ses anciennes colonies. Dans le coin sud-ouest, l'Australian War Memorial, conçu par Tonkin Zulaikha Greer architectes et Janet Laurence.
Australian War Memorial, Hyde Park Corner
Australian War Memorial
Il se compose d'un mur incurvé où sont inscrits les noms de centaines de villes australiennes et, en plus grandes lettres, les noms des lieux où les soldats se sont battus. L’eau coule en continu sur les inscriptions de la paroi.

De l'autre côté de Hyde Park Corner se trouvent les seize poutrelles de bronze du New Zealand War Memorial, qui a été consacré en 2006. Il commémore le lien entre la Nouvelle-Zélande et le Royaume-Uni au cours des deux guerres mondiales et honore les soldats néo-zélandais qui ont péri pendant les guerres. Le monument a été conçu par John Hardwick - Smith et Paul Dibble. Sur les poutrelles il y a des inscriptions qui sont des symboles représentatifs de la culture Néo-Zélandaise.

Hyde Park Corner Screen

Hyde Park Corner Screen, Hyde Park Corner
Hyde Park Corner Screen
Hyde Park Corner Screen se trouve sur un îlot séparé, entre Piccadilly Arcade et Hyde Park. Il s'agit d'une porte large de trente-trois mètres avec trois arcs reliés par une colonnade ionique. La porte a été conçue en 1825 par Decimus Burton comme une entrée à Hyde Park.

Apsley House

Apsley House, Hyde Park Corner, London
Apsley House
Apsley House, une demeure du dix-huitième siècle qui se trouve à côté de Hyde Park Screen, était autrefois la résidence d'Arthur Wellesley, premier duc de Wellington. Aujourd'hui, le bâtiment abrite un musée dédié au duc, qui est surtout connu comme le chef des forces britanniques qui ont vaincu Napoléon à Waterloo, avec l'aide des forces prussiennes.

Le musée abrite une collection de peintures de maîtres tels que Velázquez, Goya, Van Dyck, Teniers et le peintre américain John Singleton Copley. Certains des meubles et des objets ayant appartenu au duc de Wellington y sont également exposés, notamment une statue de trois mètres de haut de Napoléon nu.
1644
london
fr
x
Appuyez sur <ESC> pour fermer
© 2017 www.aviewoncities.com