Santa Maria Novella

Sainte Marie Nouvelle
Évaluation
5 votes
Liens
L'église gothique de Santa Maria Novella est connue pour son magnifique intérieur, décoré avec de nombreuses fresques et sculptures. Le monastère attenant contient encore plus d’art médiéval.
Santa Maria Novella, Florence
Santa Maria Novella
L'église est située à l'extrémité ouest de la vieille ville, dans un quartier qui a été ravagé au sixième siècle par l'invasion des Ostrogoths. Au cours du siècle suivant la zone a été réaménagée, et a reçu le nom de «novellae» (nouveau), d'où le nom de l'église.

Histoire

Une petite chapelle était construite ici au neuvième siècle. Elle fut remplacée par une église à la fin du Xe siècle, qui fut consacrée en 1094. En 1221, l'église fut remise aux Dominicains. Leur communauté devint bientôt trop grande pour la petite église, et la construction d'une nouvelle église plus grande débuta en 1279. La nouvelle église, conçue par deux frères dominicains, fut achevée en 1357 et consacrée des décennies plus tard, en 1420, par le pape Martin V. la façade était encore incomplète à l'époque. Elle a finalement été achevée en 1458-1470 dans un style florentin renaissance.

L’église

Façade

Lunette avec Thomas d'Aquin sur le façade de l'église Santa Maria Novella à Florence
Lunette

Fronton de l'église Santa Maria Novella à Florence
Le fronton
La façade principale de Santa Maria Novella présente un système d'alternance de marbre vert et blanc, typique des églises florentines.

La partie inférieure de la façade a été décorée en 1350 et contient six avelli, des niches funéraires archées. Elles sont décorées avec les emblèmes et les armoiries des familles qui sont enterrés ici. Juste au-dessus des niches les plus à gauche et les plus à droite il y a des instruments astronomiques qui furent construits en 1572 pour corriger le calendrier julien.

Les trois lunettes au-dessus des portes ont été peintes en 1616 par Ulisse Cocchi. Celle du centre montre Thomas d'Aquin et les autres représentent des scènes de la bible. Juste en dessous de la corniche inférieure il y a une frise avec un motif de voile gonflée par le vent, le symbole de la famille Rucellai. Ils ont fourni les fonds pour décorer la partie supérieure de la façade.

Cette section, la partie au-dessus de la corniche inférieure, a été conçue par Leon Battista Alberti, qui a créé un design de style Renaissance qui complète bien le style gothique de la façade inférieure. Les belles volutes cachent les toits des nefs latérales. Le motif de soleil sur le tympan est un symbole de Thomas d'Aquin, un saint dominicain.

Clocher

Le clocher de Santa Maria Novella a été construit en 1330 comme une tour de guet utilisée pour localiser les incendies. La tour élancée avec une haute flèche pyramidale a une hauteur de près de 69 mètres.

Intérieur

La nef de l'église Santa Maria Novella à Florence
La nef
L'église a un plan en croix latine avec une nef principale et deux nefs latérales. Les piliers qui divisent les allées de la nef soutiennent des ogives accentuées avec un motif noir et blanc.

L'attention des visiteurs est attirée par un grand crucifix qui est suspendu au plafond. Le crucifix a été crée par Giotto, probablement au début du XIVe siècle. Il a été fait pour le maître-autel, où il était placé à l’origine.

La chaire en marbre sur le deuxième pilier sur la gauche a été conçue en 1443 par Filippo Brunelleschi, mais il a délégué la construction proprement dite à Giovanni di Pietro del Ticcia et à son fils adoptif et étudiant Andrea Cavalcanti. Ce dernier a conçu les bas-reliefs avec des scènes bibliques qui ornent la chaire.


Tombeau de Antonio Strozzi dans l'église Santa Maria Novella à Florence
Tombeau de
Antonio Strozzi

La Sainte Trinité, Santa Maria Novella, Florence
La Sainte Trinité

Capella Maggiore, Santa Maria Novella, Florence
La chapelle principale


Chapelle de Filippo Strozzi, Santa Maria Novella, Florence
La chapelle Strozzi


La résurrection de Drusiana , Chapelle de Filippo Strozzi, Santa Maria Novella, Florence
La résurrection
de Drusiana
(Chapelle Strozzi)
Placé contre les murs de l'église se trouvent un certain nombre de tombes. Sur le mur de droite il y a le tombeau coloré de Joseph, le patriarche de Constantinople qui mourut à Florence lors du Conseil de Florence. La tombe est ornée d'une fresque représentant le portrait du patriarche. Au-dessus de sa tombe il y a le tombeau de l'évêque dominicain Aldobrandino Cavalcanti. Le tombeau le plus monumental de l'église est celui d’Antonio Strozzi, de la puissante famille de banquiers. Le tombeau a été créé par un trio d'artistes. Strozzi repose dans un sarcophage de marbre noir devant un mur décoré de statues de Marie et des anges.

L'église est surtout connue pour ses nombreuses fresques. L’une des plus célèbres est la fresque sur le mur nord de la Sainte Trinité, exécuté en 1428 par Masaccio. Elle est reconnue comme l'un des premiers exemples de perspective et d'anatomie correctes de la Renaissance.

La plupart des fresques peuvent être trouvées dans les chapelles de Santa Maria Novella. La chapelle de l'abside est la Capella Maggiore (chapelle principale), également connue sous le nom de la chapelle Tornabuoni. Cette chapelle est à la base le chœur de l'église. Elle abrite un autel de marbre richement décoré qui a été créé aussi récemment qu’au dix-neuvième siècle. Le crucifix de bois du XVIe siècle, est une œuvre de Giambologna. Les stalles du chœur datent du XVe siècle, tout comme les trois vitraux du mur du fond qui ont été créés en 1491 d'après un dessin de Domenico Ghirlandaio. Le même artiste, qui à l'époque était assistée par un Michelangelo Buonarroti âgé de quatorze ans, a également créé les magnifiques fresques sur les murs. Ces fresques, qui datent de 1485-1490, représentent des scènes de la vie de Marie, à qui l'église est dédiée, et de la vie de saint Jean-Baptiste, le saint patron de Florence. Les peintures du plafond montrent les quatre évangélistes.

A droite de la chapelle principale se trouve la chapelle Strozzi qui est décorée avec des fresques de Filippino Lippi à la demande de Filippo Strozzi, le membre le plus célèbre de la puissante famille Strozzi. Les fresques représentent des scènes de la vie de saint Philippe et de saint Jean l'Évangéliste.

Une autre chapelle construite pour la famille Strozzi est la Cappella Strozzi di Mantova (Chapelle des Strozzi de Mantoue). Le nom fait référence à la ville de Mantoue, où les membres de la famille Strozzi vécurent après avoir été exilés de Florence. La chapelle est décorée de fresques de Nardo di Cione, qui entre 1351 et 1357 a peint des impressions de l'enfer, du purgatoire et du paradis. Les fresques ont été inspirées par le poème de Dante « La Divine Comédie ». Dante lui-même est représenté sur la fresque de Paradis, ainsi que les membres de la famille Strozzi. Nardo di Cione a également créé le vitrail avec des portraits de Marie et de saint Thomas d'Aquin.

La chapelle Gondi est ornée d'un crucifix en bois créé par Brunelleschi. Il a sculpté la statue après que Donatello lui ait demandé ce qu'il pensait du crucifix que Donatello avait fait pour Santa Croce. Brunelleschi lui dit que son Christ ressemblait à un bouffon. Donatello, insulté, lui dit d'essayer de sculpter un crucifix lui-même. Brunelleschi s’exécuta et a créa son propre crucifix, juste pour montrer à Donatello comment le faire correctement. La chapelle était décorée de fresques à l'origine, mais en 1503 elles furent supprimées et la chapelle est maintenant décorée de panneaux de marbre noir et blanc.

Fresque dans la chapelle Bardi Chapel de Santa Maria Novella, Florence
La chapelle Bardi
A gauche de la chapelle Gondi il y a la chapelle Gaddi, dédiée à Saint-Jérôme et qui abrite deux tombes avec un concept attribué à Michel-Ange. Ils contiennent les restes des cardinaux Niccolò Taddi et Taddeo Taddi. Au-dessus des tombes il y a des bas-reliefs en marbre. La chapelle a également un magnifique sol en marbre et des fresques au plafond. Les fresques du plafond, par Alessandro Allori, représentent des scènes de la vie de Saint-Jérôme.

Il y a plusieurs autres chapelles intéressantes dans Santa Maria Novella. La chapelle de la Pureté a été créée en couvrant une partie du cimetière après qu’un miracle présumé eut lieu ici.

La chapelle Rucellai, à la fin du transept droit, est dédiée à Sainte Catherine d'Alexandrie. Elles est ornée d'une statue du XIVe siècle de la Vierge et l'Enfant par Nino Pisano.
La chapelle Bardi à proximité a des fresques de Duccio di Boninsegna et un retable de la Vierge du Rosaire créé en 1570 par Giorgio Vasari.

Cabinet dans la sacristie de Santa Maria Novella, Florence
La sacristie
Une autre salle magnifique dans Santa Maria Novella est la sacristie. Elle a été construite en 1380 comme une chapelle à l’origine, et est magnifiquement lambrissée en noyer et en bois d'ébène avec une bordure dorée. Sur trois côtés il y a des armoires; les portes de l'armoire centrale ont été peintes par Camillo Perini avec des représentations de saints.
En face se trouve un crucifix du XVe siècle par Maso di Bartolomeo, flanqué de deux médaillons créés par Jacopo Vignali qui montrent les Sts. Francis et Domenic sur la gauche et les Sts. Bonaventure et Thomas sur la droite. Sous les médaillons il y a des bassins, l’un en terre cuite émaillée et l'autre en marbre.

Cimetière de l'église

A droite de l'église de Santa Maria Novella il y a un cimetière entouré de murs, le dernier lieu de repos de nombreux riches Florentins. Dans les murs autour du cimetière il y a quatre-vingts avelli (niches funéraires), semblables à celles de la façade avant de l'église, où les membres de nobles florentins sont enterrés. Les armoiries sur les niches représentent les familles.

Les Cloîtres


Cloître vert, Santa Maria Novella, Florence
Cloître vert
A gauche de l'église se trouve le monastère de Santa Maria Novella avec deux cloîtres, dont l'un est accessible aux visiteurs.

Cloître vert

Juste derrière l'entrée se trouve le Chiostro Verde (Cloître vert). Le cloître a été construit en 1330-1350 et ses murs ont été décorés au XVe siècle par Paolo Uccello avec des fresques qui montrent des scènes de l'Ancien Testament. Le nom du cloître se réfère à la teinte verte des fresques qui ont été malheureusement endommagés lors de la crue de 1966. Ironiquement l’une des œuvres les plus endommagés est « La Crue », de vers 1445.

Chapelle espagnole

L'église militante et l’église triomphante, Chapelle espagnole, Santa Maria Novella, Florence
L'église militante et
l’église triomphante


Triomphe de la doctrine catholique, Spanish Chapel, Santa Maria Novella, Florence
Triomphe de la
doctrine catholique
Au nord, le Cloître Vert est bordé par le Cappellone degli Spagnoli (Chapelle espagnole). Ce bâtiment magnifiquement décoré a été construit en 1345-1355 comme une salle capitulaire. Son nom date des environs de 1566, lorsque Eleonor de Tolède, l'épouse espagnole de Cosme Ier de Médicis, a commencé à utiliser le bâtiment comme une chapelle pour elle et sa cour espagnole.

La chapelle a été construite par Fra Jacopo Talenti pour Mico Guidalotti, un collecteur d'impôts. Guidalotti légua une somme importante pour la décoration des murs, qu'il voulait recouverts de fresques. En 1365, dix ans après la mort de Guidalotti, sa volonté fut finalement réalisée et Andrea di Bonaiuto, un peintre local, fut nommé pour la tâche. Il créa un cycle de fresques avec des thèmes religieux liés à la doctrine de l'Église, au Christ et à saint Thomas d'Aquin. L'une des fresques, «l'Église militante et l’église triomphante », montre une cathédrale de Florence terminée, même si au moment où elle a été peinte, le dôme de la cathédrale était encore en construction.

Grand Cloître

Un autre cloître, le Grand Cloître, borde la chapelle des Espagnols au nord. Le cloître a été construit entre 1340 et 1360. Les murs du déambulatoire sont couverts de fresques qui montrent des scènes de la vie de divers saints dominicains. Malheureusement, ce cloître n’est pas accessible au public.
3018
florence
fr
x
Appuyez sur <ESC> pour fermer
© 2017 www.aviewoncities.com